Petit glossaire de la formation du XXIe siècle

    No Comments
    Tendances pour formateurs inspirants

    Serious games, classe inversée, Microlearning… vous vous perdez un peu dans les tendances de la formation ces dernières années ?
    Je vous propose ce petit glossaire de la formation du XXIe siècle.

    Vous y trouverez également des ouvrages et ressources pour approfondir la plupart des concepts.

    Approches ludiques

    Rendre l’apprentissage ludique est une préoccupation de nombreux pédagogues depuis l’aube des temps.
    Ces dernières décennies, avec le développement des nouvelles technologies, du marketing et l’essor des loisirs ludiques, 3 grandes tendances se démarquent particulièrement.
    Adaptables, ces tendances s’utilisent aussi bien en présentiel que sur les supports numériques (smartphone, réalité virtuelle…)

    Ludification (Gamification)

    La ludification (ou Gamification) propose d’utiliser l’état d’expérience optimal, étudié et décrit en psychologie positive depuis plusieurs décennies par Mihály Csíkszentmihályi sous le nom de Flow.

    Le marketing moderne s’est emparé de ce Flow pour pousser à l’acte d’achat (pour de grands noms tels Apple, American Airlines et Haagen Daz.).
    Mais pas seulement, il est décrit et observé dans de nombreux domaines, tels le sport, la méditation, la musique…
    C’est probablement dans l’industrie du jeu vidéo que les dispositifs pour en créer les conditions sont les plus élaborés.

    Donc, la ludification consiste à emprunter, entre autres aux jeux vidéo, des mécanismes permettant de favoriser le Flow dans un secteur choisi.
    Ces mécanismes sont aisément adaptables à la formation en développant, par exemple, des activités de motivation intrinsèque, comme je vous l’explique dans cet article.

    L’excellent livre  « La Gamification » de Clément Muletier (alias El Gamificator, cliquez ici pour découvrir son blog) développe cette approche de la création d’actions ludifiées
    Il adopte une approche pragmatique et est transposable au domaine de la formation.

    Jeux-cadres de Thiagi

    Derrière le terme Thiagi se cache Sivasailam Thiagarajan, un indo-américain expert en jeux pour formation.
    Depuis plusieurs décennies, il parcourt la planète pour diffuser le principe de ses jeux-cadres au travers de séminaires, livres, sites web…

    Il faut entendre ici, par jeu, un dispositif interactif qui va être appliqué en formation afin d’en remplir certains objectifs (brise-glace, prise de conscience, trouver une solution commune…)

    Un jeu-cadre est une structure d’activité « vide » que vous pourrez remplir de votre contenu.
    Potentiellement, ils se prêtent à toutes les matières moyennant un minimum d’adaptation (et une bonne sélection de l’activité.)

    J’ai présenté les deux principaux livres francophones à propos des Jeux-cadres de Thiagi dans cet article.

    Vous retrouverez également de nombreuses ressources sur le site de Mieux-apprendre qui dédie des sections entières aux jeux-cadres de Thiagi.

    Serious Games

    Très en vogue, le Serious Games consiste à créer des sortes de jeux vidéo pour aborder des thèmes sérieux.

    Attention, il ne s’agit pas d’utiliser des jeux de guerre grands publics, type Call of Duty, pour apprendre l’histoire.
    Le principe consiste à développer son propre  « jeu » afin de correspondre au mieux à l’apprentissage.
    Cela va ainsi permettre la mise en application ou faire prendre conscience, par exemple.

    De fait, les Serious Games sont souvent complexes et onéreux à mettre en place. 
    Heureusement, dans de nombreux domaines, des entreprises, associations, organismes mettent à disposition (gratuitement ou non) des Serious Games.

    De la simulation de la gestion de ses finances personnelles à la problématique des migrants, en passant par la sécurité au travail, vous trouverez certainement votre bonheur.
    Renseignez-vous toujours à propos de l’organisme fournissant le Serious Games et sa finalité…

    En matière d’ouvrage pour en savoir plus, je ne peux passer à côté de l’occasion de vous proposer «Serious Games : Une Révolution de ma compatriote Yasmine Kasbi.

    Approches en ligne

    Le développement fulgurant de l’internet et particulièrement du Web 2.0 (dit participatif) a permis à la formation de s’emparer également de cet espace.
    De la diffusion à la vente de contenus de formations en ligne, c’est un véritable écosystème qui s’est créé en très peu de temps.

    À un point tel que même Facebook rentre dans la course avec ses modules de formation intégrés aux groupes et le « Social Learning. »

    E-learning

    L’apprentissage grâce aux machines est un fantasme tenace de l’être humain.
    J’en veux pour preuve « Le Meilleur des Mondes » de A.Huxley et son apprentissage avec des casques, dans un état de sommeil hypnotique.

    Le développement du téléphone, dans un premier temps, et ensuite la démocratisation de l’informatique a fait miroiter un Eldorado à la fin du XXe siècle.
    La formation était sauvée, une nouvelle ère commençait… celle de la formation électronique ou E-learning.

    Les difficultés et coûts de développements, les freins techniques, le faible intérêt suscité auprès du public... firent rapidement déchanter les pionniers !
    L’E-learning apportait des solutions, mais il n’était pas LA solution.

    Depuis, les technologies et techniques se sont rodées. 
    L’accessibilité des outils, grâce à des interfaces visuelles et à la démocratisation de la vidéo, a permis aux E-learnings de se développer et d’acquérir ses lettres de noblesse.

    Pour découvrir ce que ce type l’E-Learning apporte à un formateur, vous pouvez recevoir gratuitement mon livre « Et si vous cessiez de vendre vos heures ? »
    Il vous suffit de remplir les champs dans les formulaires présents sur cette page.

    Microlearning

    Il s’agit de la dernière tendance en matière d’E-Learning.

    L’ennui, et donc l’inefficacité très relative, des E-learnings de plusieurs heures a fini par convaincre qu’il fallait changer de modèle.

    Afin de s’adapter au temps d’une société où tout va toujours plus vite, le Microlearning ne dure que quelques minutes, mais va se répéter dans le temps. 
    Il facilite ainsi la consultation (sur Smartphone) et l’acquisition du savoir (par la répétition.)

    L’efficacité de la méthode, ainsi que les faibles coûts de création et de maintenance, en fait la méthode à suivre à l’heure actuelle.

    En matière de livre, je vous propose de découvrir le tout récent «Former avec le Microlearning – Créer des modules courts et efficaces. »
    Très honnêtement, je ne l’ai pas encore lu. Mais je connais le sérieux et l’expérience de deux de ses auteurs (Pierre Mongin et Felix Levious.)
    J’y consacrerai très probablement un article dans les semaines à venir.

    Webinaire

    Le webinaire, ou conférence en ligne, est une déclinaison de l’E-Learning.

    Elle consiste à donner une formation à distance, tranquillement de chez soi ou dans un studio d’enregistrement.

    Il est initialement prévu pour être donné en direct et ainsi pouvoir répondre à des messages laissés par des participants.
    Aujourd’hui, il existe cependant de nombreuses possibilités pour en diffuser les « replays » (jusqu’à simuler du direct…)

    Cette technique est très utile pour garder le contact et répondre à des questions des apprenants durant un cycle de formation en ligne.

    Les infopreneurs et le Web marketing l’utilisent également comme outil pour valider l’intérêt du public pour un sujet et de faire de la prévente d’un produit ou d’une formation.

    Blended-Learning

    Aujourd’hui, il est évident qu’entre formation présentielle et en ligne, aucune n’a LA solution à tous les problèmes.

    C’est pourquoi vous entendrez parler de Blended-Learning.

    Il s’agit simplement de créer un parcours pédagogique mixant les différentes méthodes afin d’obtenir un impact maximum.

    Qui a dit « juste du bon sens ? »

    Mauvaise langue !

    Approches TICE

    Les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) regroupent les outils et méthodes ayant recours au numérique dans le monde de l’enseignement.

    Allant de l’usage du projecteur à la véritable redéfinition des rôles au sein d’une classe, les TICE recouvrent un large panel où il est aisé de se perdre.

    Le rythme de l’enseignement et de la formation n’étant pas les mêmes, certaines approches sur le long, très long terme, sont parfois difficilement transposables à notre profession.

    Elles peuvent toutefois nous inspirer de nouvelles pratiques. 

    SAMR

    Le SAMR est une approche structurée et progressive de déploiement des TICE dans une classe.

    Il se déroule en 4 étapes :

    • Substitution : Que peut-on substituer dans une classe sans grand effort ni retravaille ? (Exemple : digitaliser les manuels et les mettre à disposition)
    • Augmentation : Comment augmenter le potentiel pédagogique des cours disponibles ? (Exemple : utiliser des cahiers numériques interactifs)
    • Modification : Quelles sont les pratiques qui peuvent être modifiées ? (Exemple : introduction de dispositif de collaboration)
    • Redéfinition : Quels sont les rôles au sein de la classe ? (Exemple : classe renversée)

    Un livre très inspirant sur le sujet est sans aucun doute «Les TICE en classe, mode d’emploi de Ghislain Dominé»

    Classe inversée/renversée

    Classe inversée, classe renversée… voici deux notions proches, complémentaires et qui, me semble-t-il, se cherche encore au niveau des termes.

    De base, en TICE, la classe inversée part du constat que la présence de l’enseignant a une véritable plus-value lors de la mise en pratique de la connaissance.
    Or, en classe, la majorité du temps est utilisé pour le transmettre, alors que les exercices se font à la maison.

    La classe inversée prône donc le recours aux E-Learnings et à l’usage de la vidéo.
    L’élève voit la théorie à la maison et de réaliser les exercices en classe, sous l’encadrement de l’enseignant.

    La classe renversée va une étape plus loin, puisqu’elle propose à un élève ou un groupe d’élèves de présenter une partie du cours à leurs condisciples.

    Pour découvrir la mise en pratique et les effets bénéfiques de cette approche, « La classe inversée » de Jonathan Bergmann et Aaron Sams, pionniers américains en la matière, est une bonne entrée en matière.

    Ceux qui préfèrent une étude plus rigoureuse et universitaire trouveront leur bonheur avec « La pédagogie inversée ; Enseigner autrement dans le supérieur par la classe inversée. »

    A-Learning

    Le ALearning, avec un A pour Active, n’est pas à confondre avec les pédagogies actives.

    Il s’agit principalement de donner, à l’apprenant, un accès à tout ou partie des contenus des cours.
    Il est libre de le découvrir dans l’ordre de son choix, de chercher les liens entre les modules…

    Pour conclure

    Ce glossaire ne se veut absolument pas exhaustif.

    Les livres que je vous propose sont presque tous basés sur mes propres lectures et donc ce que j’ai trouvé personnellement pertinent.

    N’hésitez donc pas à proposer d’autres mots que je pourrais développer dans une prochaine mise à jour du glossaire, ainsi que vos propres ouvrages de référence.

    Nous pourrons ainsi nous constituer une bibliothèque de formateur heureux, libre et inspirant.

    Remarque : les liens vers les livres sont des liens affiliés. Je perçois une petite commission si vous l’utilisez pour les acheter. Cela me permet de continuer à faire vivre mon blog.

    Partager cet article
    •  
    •  
    •  
    •  
    • 8
      Partages
    Categories: Livres, Tendances

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre
    "Et si vous cessiez de vendre vos heures ?"